Déconvenue sur une tristesse

      Comments Off on Déconvenue sur une tristesse

Déconvenue sur une tristesse. Je me dis que c’est sans doute un moment convenable pour relire la saga de Nightmaster, qui vit, sinon les débuts absolus, du moins quelques-uns des premiers pas de Wrightson chez DC.
Or, j’avais justement rentré la première partie de la saga (en trois volets), que je n’avais jamais lue.
Et en ouvrant, je découvre qu’à la différence des deux volets suivants, le début est dessiné par Jerry Grandenetti. Bon, c’est pas honteux, Grandenetti, hein.
Mais c’est pas Wrightson, même débutant.
Les couvertures sont toutes par Kubert, en tout cas.